ASSOCIATION BENJAMIN FONDANE

Nombre de visiteurs depuis janvier 2011

Paution de l'édition italienne des Rencontres avec Léon Chestov de Benjamin Fondane

23/5/17

IN DIALOGO CON LEV ŠESTOV
La traduction des Rencontres avec Léon Chestov par Luca Orlandini

La traduction des Rencontres avec Léon Chestov par Luca Orlandini vient de Paraître chez Nino Aragno. Cette parution complète heureusement la série des traductions entreprises par le traducteur, avec une introduction de sa plume. Les lecteurs italiens pourront ainsi découvrir le livre clé qui permet de mesurer le plus exactement possible la relation socratique de maître à disciple entre les deux amis, bien qu'elle soit celle non d'une transmission dogmatique, mais d'une transmission de l'esprit d'une recherche et d'une inquiétude. Cette édition reprend égalment les articles de Fondane sur Chestov qui figurent dans l'édition originale française. Nous nous félicitons de cette nouvelle parution qui atteste de l'énergie de notre collaborateur de la revue Titanic et de la vie des lettres fondaniennes en Italie.

IN DIALOGO CON LEV ŠESTOV
Conversazioni e carteggio
Traduction et introduction: Luca Orlandini
Editeur: Aragno
Date: 2017

Site de l'éditeur:
http://www.ninoaragnoeditore.it/index.php?mod=RICERCA



«Šesto«Šestov parlava… e all’improvviso il vecchio
Museo delle Cere Grévin che fino
ad allora era stata ai miei occhi la storia
della filosofia, si animò come un’allucinazione.
Sotto le armature medievali
delle tecniche, i procedimenti a guisa di
preziosi paramenti, le guaine delle formule
logiche e le volute oscurità, vidi le
grandi e subdole battaglie scatenarsi tra
uomini in carne e ossa – battaglie feroci,
terribili, spietate. Sotto la maschera della
serenità, dell’indifferenza e dell’equità
filosofica, vedevo all’opera la calunnia,
il veleno infido, il colpo di pugnale alle
spalle. La crudeltà ma anche l’impotenza
e l’inganno, l’avidità per i beni materiali
rigettata e abilmente convertita in
avidità per i beni intelligibili, l’angoscia
di fronte alla folle danza dell’essere e il
desiderio di fermarla a ogni costo. E soprattutto
la smisurata ambizione di edificare,
al di là del sensibile che sfugge alla
nostra presa e su cui non abbiamo alcun
potere, una no man’s land irreale, ideale,
dove l’uomo potesse infine avere il potere,
per quanto nefasto, di dominare e di
condividere con Dio la sola virtù che gli
era stata concessa: quella di contemplare,
impotente, verità che non aveva creato.»

Partagez sur les réseaux sociaux

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !

Parution de La vérité que nous sommes
Lettres de Rachel Bespaloff à Léon Chestov
et Benjamin Fondane

Edition établie et annotée par Olivier Salazar-Ferrer
Editions Non Lieu

2021




 
Association Benjamin Fondane
c/o Michel Carassou/ Olivier Salazar-Ferrer
224, rue des Pyrénées 75020 Paris -France