ASSOCIATION BENJAMIN FONDANE

Nombre de visiteurs depuis janvier 2011

Eric Freedman sur les traces de Benjamin Fondane à New York

26/11/12

Eric Freedman

 

Benjamin Fondane : La New York Connexion

 

Benjamin Fondane n’est jamais venu à New York. Pourtant il y a au moins trois adresses dans cette ville qui le concernent, dont deux se trouvent dans son carnet. Ces lieux sont illustrés ici par des photos prises par Claire Estryn au cours de notre dernier séjour à New York.

La première adresse est celle de Lola Robert, au 68 West 74e Rue à Manhattan (devenu un grand bâtiment regroupant les numéros 64 à 74). Ce n’est pas la première fois que Fondane note son adresse, car il existe quatre autres adresses (parisiennes) concernant cette personne dont on ignore si elle fut comédienne ou si elle avait une autre profession dans l’industrie du cinéma ; car parmi ses adresses, celle des Champs Elysées à Paris était l’adresse de la Société Française de Production Cinématographique. A notre connaissance, elle n’apparaît pas sur les bases de données de la BIFI (Bibliothèque internationale du film) de Paris, ni sur celles de l’IMDB, le site web de la base internationale de données du cinéma. Avis aux chercheurs, donc.


Photo: Claire Estryn

 

La deuxième adresse est celle de Julie Caernan (épelé aussi Kernan) chez l’éditeur Longman Green, 114 Cinquième Avenue à Manhattan. Elle travaillait aux Editions Longman Green et était une amie américaine des Maritain. Habitant Meudon dès 1932, elle organisa des conférences de Jacques Maritain dès 1934. Et elle créa une collection avec Maritain aux Editions Longman Green qui publia la traduction anglaise de A travers le désastre en 1941. Nous connaissons, bien sûr, les liens existant entre les Maritain et Fondane.


Photo: Claire Estryn

 

La troisième adresse ne paraît pas dans son carnet mais a toute son importance. C’est celle du cinéma « Playhouse » (qui n’existe plus aujourd’hui, c’est maintenant un restaurant) à la 55e rue à Manhattan où fut projetée la première américaine du film « Rapt », intitulé « Mystic Mountain », vertement critiqué par Frank S. Nugent dans le New York Times du 31 mars 1936 comme film incohérent, fruste et peu concluant.

Sur les pas de Fondane, l’enquête continue…

Partagez sur les réseaux sociaux

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !





Parution de Titanic 6-7
Bulletin International de l'Association Benjamin Fondane
2019 


Accédez au
S
ommaire du numéro: 



 


12 Euros
En vente sur notre
boutique en ligne

   Paiement Paypal sécurisé.


 



 
Association Benjamin Fondane
c/o Michel Carassou/ Olivier Salazar-Ferrer
224, rue des Pyrénées 75020 Paris -France